Commandes – Soldes hiver 2012

Comme beaucoup en cette période, j’ai occupé une partie de mes soirées du week-end à chasser les bonnes affaires sur différents sites. Doté d’un budget sérré, amputé par une solde « en dur » réalisée lundi dernier, j’ai dans mes recherches eu recours à un excellent site qui, coïncidence, vient de fêter ses trois ans: hamster-joueur.com

J’ai donc visé l’éclectisme, eu égard à mes besoins envies, avec du jeu, de l’accessoire et du guide. Comme je suis partageur, et bien voilà le détail:

Vraiment que des petits prix, et essentiellement chez GAME.fr, dont je ne sais rien concernant la fiabilité des envois, on verra bien cette semaine …

En espérant que cela vous serve 😉

Achat – Mortal Kombat Edition Ultimate (Xbox 360)

Pour ceux qui, comme moi, ont la chance d’habiter en Lorraine, cette année les soldes ont commencé une semaine en avance, histoire de se caler sur les pratiques de nos voisins limitrophes (Luxembourgeois en tête). Bon en même temps, les soldes ça n’est plus vraiment ce que c’était … quoiqu’au hasard d’une pause déjeuner, je suis tombé sur un exemplaire de l’Edition Ultimate de Mortal Kombat version Xbox 360; laquelle se sentait bien seule au pied du rayon.

Passé complètement à côté de la sortie de cet énième Mortal Kombat, je ne savais même pas ce que contenait cette version dotée d’une si grande (et lourde …) boite: Le jeu, deux costumes à la c*** à télécharger et un stick arcade dont, je cite « Le design (…) s’inspire de celui des bornes d’arcade en bois de l’âge d’or du gaming« . Piqué au vif (il faut dire que j’ai pas mal fantasmé sur ces fameuses bornes en bois …), je me suis d’une part, aperçu que le stick avait l’air plutôt chouette et d’autre part, que le produit était soldé à -50% ce qui faisait l’ensemble à 49,99 €.

Point de collector pour le jeu. Pas d’Art Book ou d’autres goodies …

A défaut de connaissance sur le pack, j’ai donc laissé tombé le vendredi, pour finalement me ruer dans le magasin le lundi suivant (en priant tout le week-end que le stick ne soit pas partit) et grand bien m’en a pris, ce stick est incroyable !

Loin d’être un spécialiste en la matière, je dois avouer qu’on a ici à faire à un objet qui impressionne le néophyte. Entièrement fabriqué en bois, doté une finition plexi « laquée », bardé de mousse et de protection caoutchouc sur les angles et (suprême raffinement) pourvu d’une base rembourrée entièrement tapissée de velours pour le bonheur de nos sessions canapé (même si on s’éloigne un peu de l’arcade là …).

Notez le velours sous le stick

J’ai beau avoir lu ici et là une une paire d’avis (majoritairement positifs) concernant le stick, je suis tout de même resté bluffé par la qualité perçue à l’ouverture. C’est bien simple, on a pas (ou plus) l’habitude d’être agréablement surpris par de tels objets. Ici il n’y a à priori rien de déceptif, on est donc loin des batarangs en plastoc et autres reproductions grossières des collectors récents.

L’arcade stick peut être ouvert, il servira donc aussi de rangement pour le jeu et le câble, mais là encore, surprise ! En actionnant le loquet en métal dorée gravé aux initiales de la franchise (magnifique), on découvre, outre le rangement, la totalité de l’électronique aisement accessible sous une plaque de plexiglas gravée « Mortal Kombat » (le soin du détail fait vraiment plaisir).

Le fabricant, PDP (Performance Designed Products) n’a certes pas la réputation d’un Hori, ou d’un Madcatz, mais il s’est ici donné les moyens !

Les détails sont, pour une fois, irréprochables.

Après recherche, les éléments composant le stick sont à l’image des panels de la borne Mortal Kombat originale. La disposition en croix des boutons, leur forme concave, le stick poire mais aussi, la sérigraphie mordorée chère à la série, avec références au Dragon et aux giclées d’hémoglobine.

La boite fait référence à des pièces « professionnelles » signées Suzo Happ (voilà qui vous parlera peut être …), exit donc les références asiatiques Sanwa ou Seimitsu, même si les cosses interchangeables faciliteront à n’en pas douter un futur modd de l’accessoire (lequel aurait même la place pour devenir un Supergun !).

Stick poire à l’américaine,  ou « baseball stick » – Electronique apparente à cosses

Autre point positif du stick, sa compatibilité. Travaillé à l’ancienne, on oubliera ici le sans fil et on raccordera ce bijoux via USB à sa Xbox 360 mais également à son PC/Mac pour se refaire de l’arcade via émulation et pourquoi pas, le Mortal Kombat original de 1992.

Câble mini-USB standard et … système anti chute de 360 !

Vous l’avez compris, je suis conquis. Je m’intéresse d’ailleurs bien plus à l’accessoire qu’au jeu, lequel m’a pourtant fait une très bonne impression. Mais, amoureux du hardware, je ne peux que me féliciter d’avoir craqué pour ce pack. C’est lourd, c’est gros, c’est beau, et en plus, c’est rétro.

Il ne reste plus qu’à trouver le temps de jouer …

Voilà qui me console un peu de ne pas avoir de borne old school à la maison, et pour une fois que l’argent dépensé se voit.

Achat – Gamecube Resident Evil 4 Limited Edition Pak

J’ai profité de cette récente pause hivernale pour m’occuper un peu de mes arrivages en souffrance. Parmi  ces derniers, j’ai enfin (re)mis la main sur une édition Resident Evil 4 de la Gamecube, vendue en 2005 dans le Resident Evil Pak accompagné du jeu.

Rien de particulier pour qui se souvient du cube de Nintendo, si ce n’est le logo exclusif Resident Evil 4 qu’arbore fièrement la console, également sérigraphié sur la manette.

Certains trouveront que cette simple mention du titre c’est un « peu juste » pour un collector mais bon, c’était la norme avec la Gamecube et avec son coloris bi-ton noire et grise, c’est selon moi la plus belle (avec la version Tales of Symphonia).

Mais restons sur cette histoire de double couleur …

J’ai remporté cette enchère pour 20,50 euros, avec console et câble RGB officiel. Bon prix non ?

Sauf que je n’ai pas été attentif: La console est une silver (vendue en pack avec Zelda), sa partie basse n’est pas noire ! Heureusement la console livrée (avec son logo RE4) était en parfait état, en tous points conforme à l’annonce. Je l’ai donc démonté (elle est neuve, pas comme celle-ci) et j’ai remplacé le gris du bas par du noir et hop, ni vu, ni connu.

J’entends d’ici hurler les intégristes du collector, mais bon, je n’allais pas la laisser comme ça non ? Il m’aura quand même fallu une bonne heure pour interchanger les coques, inaccessibles sans tout démonter.

Avec mon exemplaire du jeu issu du pack (bêtement revendu … pour une Wii day one), j’ai donc reconstitué un lot convenable pour ma pitite collection.

J’oubliais, je revends une Gamecube grise en bas et noire au dessus 😉 et si de votre côté vous revendez un Chainsaw Controller et bein, contactez moi !

Achat – Nintendo 3DS Zelda 25e Anniversaire Edition Limitée

A l’instar de beaucoup de blogueurs en cette période, j’ai décidé de vous présenter certains des cadeaux que le Père Noël m’a apporté cette année (les plus intéressants ;-)).

Pour commencer, je vous propose de jeter un oeil à cette sublime Nintendo 3DS The Legend of Zelda 25e Anniversaire Edition Limitée commandée par ma moitiée qui, il faut l’admettre, ne s’est pas trompée.

J’imagine que la commercialisation de cette édition de la Nintendo 3DS ne vous aura pas échappé. Il s’agit ici d’une console livrée avec un habillage exclusif inspiré de The Legend of Zelda Ocarina of Time, noire pailletée (avec un léger dégradé entre le capot et l’arrière de la console), grise et dorée au dessin exclusif reprenant l’emblématique Triforce ainsi qu’une ocarina et une harpe.

Je ne suis pas particulièrement fan des consoles portables actuelles et la 3DS ne m’emballait pas trop à vrai dire. Cependant, le post de déballage de Damonx m’avait fait réfléchir;  j’ai trouvé cette livrée Zelda absolument superbe. Il y avait clairement de quoi franchir le pas alors lorsqu’on vous l’offre …

Ce cadeau m’a aussi permis de me faire la main sur 3DS, à peine entrevue jusqu’alors. L’ergonomie de cette dernière est bien dans la veine de ce que j’avais connu sur Wii et DSi (deux machines que je n’ai pas gardé) mais là encore, j’imagine que vous connaissez.

Outre le Zelda Four Swords Anniversary Edition offert en téléchargement je ne dispose que d’un seul jeu pour le moment, mais quel jeu !

C’est donc The Legend of Zelda Ocarina of Time 3D en boite avec une jaquette collector réversible (magnifique) qui accompagne le pack. Ce remake de l’opus N64 sorti il y a 13 ans est resplendissant. Plutôt convaincu par la 3D ces derniers temps, je continue donc à en profiter avec ce Zelda qui en plus de n’avoir pris aucune ride, a carrément rajeuni.

J’ai découvert ce titre il y a deux ans, mais je me souviens ne pas avoir persévérer faute de temps et … d’indulgence pour le rendu graphique du titre sur N64. Avec cette version 3DS le jeu est magnifié, je le découvre et le trouve absolument génial.

J’ai pour le moment tout mis en «standby» en attente de boucler l’aventure et, ce qu’il y a de bien avec une portable (et je l’avais un peu oublié …) c’est que l’on peut y jouer à n’importe quel moment rapidement. Parfait lorsque son emploi du temps est chargé ;-).

Photo de famille: Zelda OoT sur N64, Gamecube et 3DS

Superbe cadeau que ce pack collector. Pour ceux qui souhaiterait craquer (Aurélien si tu me lis …) il y a eBay (300 euros !!!) ou Amazon.de, mais il faut faire vite.

Achat – The House of the Dead Overkill – Extended Cut (PS3)

Commandé fin novembre pour un peu moins de 23 € au UK, j’ai pu enfin m’adonner au portage HD de The House of the Dead Overkill – Extended Cut sur PS3.

Compatible PS Move et 3D stéréoscopique, je me suis donc harnaché comme il se doit, lunettes sur le nez et Sharp Shooter à l’épaule, dès mon premier essai du titre. Ma moitié n’étant pas trop fan de ce genre de jeux (enfants qui gravitent oblige …) je vous passe les commentaires auxquels j’ai du faire face en pleine partie.

En un mot, ce jeu est excellent. L’ambiance est travaillée façon «sixties» et l’esthétique bien kitsch, typée «Gore, Sex et Rock’N Roll» m’a rappelé celle du Planet Terror de Rodriguez.

House of the Dead « pur jus », ce quatrième opus ne fait pas dans la dentelle. On shootera donc non stop (les balles sont illimitées) en visant la tête (bien, bien gore l’effet), ou les jambes histoire de faire ramper les pauvres mutants de Papa Caesar.

Bien que la réalisation soit mon sens tout juste au niveau pour de la PS3 (c’est un portage Wii après tout…), celà reste un House of the Dead: ce qui compte c’est le fun que le jeu procure et avec cet Overkill on est servi.

J’avoue cependant avoir eu du mal a convenablement calibrer mon PS Move. Mais une fois ajusté, le jeu au move m’a procuré les mêmes sensations que celles expérimentées avec le Light Gun des précédents.

Détail amusant et toujours conforme au côté «serie Z» assumé du titre, deux paires de lunettes en carton pour 3D anaglyphe sont fournies. Pour ce qui est de la stéréoscopie, c’est probant (une fois de plus …); même si les yeux piquent sévère au bout d’un quart d’heure de Head Shot.


Pour les 23€ demandés, impossible de passer à côté si on aime les rails shooter.

J’ajoute donc ce The House Of the Dead Overkill – Extended Cut à ma petite collection d’House of the Dead, une série décidement indémodable.

The House of the Dead, le premier, sur Saturn (le Gun est superbe)

The House of the Dead II sur Dreamcast

The House of the Dead III sur Xbox

The House of the Dead – Overkill Extended Cut (le dernier donc) … sur PS3

Achat – Ico & Shadow of the Colossus HD (PS3) 3D inside !

Voilà un des arrivages du mois que je n’ai pu ni déballé, ni chroniquer avant un moment, faute de temps.

Après une nuit extraordinaire à me replonger dans le merveilleux Shadow of the Colossus,  je me suis dit qu’il serait bon de vous faire part de quelques unes de mes impressions, quoique je ne doute pas que nombre d’entre vous ont cédé aux sirènes de ces chefs d’oeuvre signés Fumito Ueda.

Remarque importante, j’ai il y a un petit moment, troquer mon 37 pouces Samsung contre un 40 pouces Sony (un 40HX720 pour les curieux …), lequel est entre autre compatible 3D. Comme les portages d’Ico et de Shadow of the Colossus sont travaillés pour la 3D, j’ai attaqué l’intro d’Ico, lunettes polarisées sur le bout du nez.

Pour la qualité du portage, excellente, je vous renvoi au test de Gameblog. Pour mon impression sur la 3D et la plus value apportée par cet artifice sur ces deux jeux, sachez que j’ai très peu joué à Ico (je l’ai découvert et terminé sur PS2 cette année) mais que la sensation procuré m’a semblé «anecdotique», contrairement à Shadow of the Colossus pour lequel la 3D m’est apparue comme une évidence dès les premières chevauchées. Le gigantisme des décors, et des colosses apparait renforcé avec l’effet de profondeur produit par la 3D. Certains effets associés aux oiseaux ou bien encore à la terre projetée par le cheval sont saisissants.

La remasterisation audio est aussi très profitable à ce dernier titre. Les environnements fourmillent de bruitages que je n’avais par remarqué sur PS2. L’immersion est excellente. Le jouer dans le noir donne une étrange (mais pas désagréable) impression de solitude.

Shadow of the Colossus m’avait déjà laissé le souvenir d’une expérience singulière, toute en émotion. Le redécouvrir en haute définition et dans ces conditions m’a fait vivre une nouvelle expérience, sensorielle cette fois-ci.

Vous l’avez compris, je recommande à 200% l’achat de cette compilation. Perso, j’ai opté pour une commande de la version US, car elle est sous-titrée en français et que la jaquette est mois immonde que celle de notre version européenne. En plus de la payer un peu moins chère, j’ai eu la bonne surprise de découvrir un petit paquet de bonus dont des vidéos très intéressantes revenant sur la création de ces deux titres sur le Bluray (plus pratique qu’un coupon de téléchargement ;-)).

Je reviendrai sur la 3D sur PS3 (et 360 si je chope un jeu compatible) si cela vous intéresse (Gran Turismo 5, Killzone 3 ou Wipeout HD).

Et à ce propos, voilà sur quoi je suis tombé en retournant la notice. Voilà qui semble être une techno très intéressante pour jouer à deux sur un même écran …

Achat – Shadow of the Beast (Lynx)

Voilà un jeu dont la réputation n’est plus à faire et qu’il me tardait d’essayer sur mon Atari Lynx II. Dénichée sur eBay pour une poignée d’euros, la cartouche est arrivée en boite scellée avec cellophane. Là encore, petit moment émotion pendant l’ouverture, 19 ans quand même …

Adaptation Lynx sortie trois ans après l’original (sur Amiga en 1989), ce Shadow of the Beast est, d’après mes petites recherches, considérée comme un must have de la portable.

Mélange entre plateforme, aventure et jeu de shoot, la première impression est très positive. Le jeu est beau, très beau même pour une portable de l’age de la Lynx. Ca scroll et ça zoom à gogo, les couleurs sont variées, les ennemis sont nombreux, graphiquement réussis et la musique, quoique trop répétitive, colle parfaitement à l’ambiance.

Cependant, j’ai trouvé le titre terriblement difficile. En effet, il faut sacrément s’accrocher pour avancer. Du die and retry pur jus, sans mémorisation du mouvement des ennemis et autres pièges qui parsèment l’aventure point de salut. Et s’il y a bien une chose dont je me rends compte en vieillissant, c’est que ma patience atteint (trop ?) vite ses limites.

Pour le moment j’avoue, je lâche l’affaire. Le jeu mérite que l’on s’accroche mais jouer sur Lynx est un supplice pour mes yeux habitués à la qualité (et au contraste …) de nos écrans actuels, le retrogaming a ses limites …

Shadow of the Beast - IllustrationFabuleuse illustration de Roger Dean (recardée sur le boitier de la version Lynx). Rien à voir avec le jeu mais ça claque !

Pour qui serait tenté, voilà une vidéo qui vous donnera une idée précise des qualités du titre sur émulateur. Attention, le rendu de la Lynx pourrait vous décevoir …

Ce titre est culte pour de nombreux joueurs, faut dire aussi que rares sont les consoles et autres systèmes qui lui ont échappé. Pour l’exhaustivité, allez donc faire un tour ici.

Achat – Fatal Fury Special (AES)

Deuxième titre « abordable » commandé pour ma Neo Geo AES, j’ai reçu la semaine dernière un exemplaire de Fatal Fury Special version JAP payé 22,11 euros FDPI (non parce qu’on va pas brusquer le porte monnaie hein !).

Cet épisode, jeu de combat apparemment incontournable du support, à été réceptionné complet avec shockboxe, notice et cartouche parfaitement conservés, même si il m’a fallu nettoyer les connecteurs pour enfin pouvoir lancer l’épisode ;-).

Particulièrement plaisant à jouer, étrangement plus que Fatal Fury 2 sur MVS (ils ont pourtant l’air quasi-identiques), le newbie que je suis s’est éclaté sur ce jeu dont la prise en main fait effectivement penser à celle d’un Street Fighter II, connu pour être le concurrent de ce Fatal Fury 2 1/2 (à moins que ce ne soit l’inverse …).

Bref, je n’y connait pas grand chose et de mon point de vue, Neo Geo oblige, et bien ça « claque ». C’est beau, très beau, bien plus que « Street » sur ma Super NES.

A l’image de la 2D découverte avec Samouraï Spirits, les personnages à l’écran sont parfaitement animés et les décors fourmillent de détails, encore que tout dépend des tableaux. Bon, c’est vrai que pour avoir fait le plein de vidéos sur la série des King Of  Fighters, laquelle mélange Art Of Fighting et Fatal Fury, je n’ai encore rien vu …

« Ah, les SNK Girls … »
P
Pour ceux qui voudraient un test en bonne et due forme, allez faire un tour chez neogeofans.com ou alors faites vous plaisir avec ce (trop court) test Chris Fighter II deniché dans le Player One #37 de décembre 1993. Et oui, 98% quand même …

Retroblog - Fatal Fury Special - Player One

Et comme je suis aussi tombé sur cette (Retro)pub dans le même numéro de Player One, autant vous en faire profiter. Z’avez vu, c’était Guillemot le distributeur français de SNK.
P

Player One : décembre 1993

Achat – F-Zero (SNES)

Ah la Super Nintendo, que de souvenirs. Pour moi, cette console c’était trois jeux: Street Fighter II, Starwing et … F-Zero. Faut dire que ces deux derniers jeux étaient particulièrement marquants. Ils introduisirent en leur temps, la notion de 3D (décidément chère au coeur de Nintendo), tous deux dans un univers SF, différent selon les titres, mais toujours réussi.

Le premier à dégainer fut donc F-Zero et son fameux «Mode 7», nous sommes en 1990 (1992 en France). Nintendo s’appuiera trois ans plus tard sur le chipset «Super FX» de ses cartouches pour nous balancer de la vraie 3D, comme avec l’ami Fox McCloud.

Le mode 7 permettait donc à la SNES de zoomer tout en faisant tourner des images en 2D, ce qui selon notre cher Crevette époque Player One, permettait de «transformer une image 2D vue de dessus en une fausse image 3D vue au ras du sol» (?!). Bref, du jamais vu à l’époque sur console, et c’était dans le line up de lancement !

Ca envoyait grave il y a vingt ans. Quelle baffe ce jeu. C’était ultra rapide (et encore, on jouait en 50 hz), beau et hyper maniable. Il n’y avait que quatre vaisseaux, tous vus de derrière, le Blue Falcon, le Golden Fox, le Wild Goose, le Fire Stingray et trois niveaux, mais à l’époque on s’en foutait (souvenez-vous de Virtua Racing …).

Et puis, ce n’était pas linéaire à jouer, avec les ralentisseurs magnétiques et autres mines, il fallait avoir de bons réflexes pour s’en sortir. Un jeu qui en a inspiré une paire, dont à l’évidence l’excellent WipEout (lequel inspirera à son tour F-Zero X sur N64). Impossible de ne pas en rechercher un pour ma p’tite collec.

Mon exemplaire est en très bon état mais il lui manque sa notice :-(. Si une âme charitable en a une en rab, je saurai me montrer reconnaissant.

A défaut de notice, j’ai récupéré la BD de Captain Falcon publié dans le Player One n°20. Les plus attentifs remarqueront que la langue utilisée n’est pas toujours le français ! (bein oui, ils avaient un peu merdé chez Player One / Speler Een).

Retroblog - F-Zero BD #1

Retroblog - F-Zero BD #2

Je profite de ce post dédié à F-Zero pour une petite RetroPub. Pas de message ici, juste la cartouche pour nous indiquer de quel jeu il s’agit.

Player One: juillet-août 1992

Achat / Bon Plan – Silent Hill 2 (PS2)

Qui a dit qu’on ne faisait plus de bon coup sur eBay ? (comment ça, moi !?)

Regardez ce que j’ai dégotté pour 10 euros neuf !

Oui, ce superbe coffret de Silent Hill 2 pour PS2 sorti en novembre 2001 (ah oui, 10 ans quand même …). A l’époque, le packaging carton avec fourreau type « DVD Collector » c’était pas commun. Cela renforçait d’ailleurs le côté  exceptionnel du jeu qui il faut le dire, n’a pas pris une ride. Attention cependant, ce survival horror n’est pas à mettre entre toutes les mains, rien à voir avec un Resident Evil.

Voilà un titre trau-ma-ti-sant qui est au jeu vidéo ce que L’Echelle de Jacob ou La Secte Sans Nom est au cinéma.

Bonne nouvelle, le vendeur semble en avoir plusieurs ! Voyez donc ici.

On avait donc droit ici à une version collector, la seule disponible à sa sortie, laquelle comprenait un DVD vidéo avec le Making Off du jeu. La volonté des distributeurs français était bien de rapprocher le jeu des DVD et plus généralement du cinéma, souvenez-vous, c’était aussi le positionnement de la PS2 il y a 10 ans …

Voilà donc une version pour la collection, laquelle rejoindra son jumeau déballé depuis belle lurette et la version Director’s Cut sur PC.

Impossible de remettre la main sur ma version Inners Fear pour Xbox pour la photo. Dommage !