Paddle – AsciiPad SNES

Les brocantes reprennent et avec elles, les petites trouvailles retro comme je les aime, à l’image de ce pad d’Asciware pour Super Nintendo, lequel me faisait de l’œil quand j’étais môme …

Ce qui me plaît avec cet AsciiPad, c’est qu’il reprend le design et les qualités de la manette Super Nintendo d’origine. Son intérêt ? Ses fonctions slow et turbo, cette dernière étant paramétrable pour tous les boutons. A l’époque, les autofire étaient prisés, parfait pour les shmup ;).

C’est la première fois que j’en vois un en broc’ et pourtant, ce pad était plutôt répandu. Il vient dorénavant rejoindre le Score Master d’Hori dans ma modeste collection.

Paddle – NES MAX (Nintendo)

A la suite de ma visite hebdomadaire au « cash du coin » (dont je tairais jalousement la localisation ah ah !!!), je suis tombé sur cet étrange paddle, jamais rencontré jusqu’alors mais dont les innovations qu’il intégrait il y a plus d’un quart de siècle (et oui …) m’ont tout bonnement bluffées.

Ce qu’il y a de bien avec le retrogaming, c’est que l’on a beau s’y intéresser, se documenter, on peut encore être surpris à la vue d’un objet, d’un accessoire passé inaperçu à sa sortie (bon ok, j’avais 8 ans).

C’est donc un accessoire dédié à la Nintendo NES, une manette plus exactement, dont l’une des particularités évidentes par rapport au pad standard est l’adjonction de fonctions « turbo » pour les deux boutons, fonctions bien utiles dans certains jeux dont les Run & Gun ou autres SHMUP, même si le genre n’a pas acquis ses lettres de noblesse sur le support.

Bref, ce pad est une manette avec turbo, mais c’est surtout … avec 26 années de recul … un accessoire qui m’est apparu particulièrement en avance sur son temps. pour deux choses que les plus avisés d’entre vous auront immédiatement remarqué.

La première, c’est sa forme. Dotée de poignées, légèrement concave sur l’arrière avec deux ergos où poser les index, son ergonomie est bien supérieure à celle à laquelle la manette de la NES nous avait habitué. De mémoire, on ne reverra de forme similaire qu’un dizaine d’année plus tard, avec le célèbre pad Playstation.

La deuxième, c’est évidemment son pad ou plus exactement son « disc » dont il faut distinguer deux parties, celle du centre (en rouge) et celle de la périphérie (en noir). D’après ce que j’ai lu sur le net, cet ancêtre du stick analogique adapté à une manette se nommait cycloïde. Son utilisation est déconcertante, puisque l’on se déplace avec l’extrémité du pouce sur la pastille rouge mais également en appuyant avec la base du pouce sur l’anneau noir.

Il n’empêche que le maniement reste naturel, et le rendu très précis. Contrairement à beaucoup d’accessoires sortis sur NES à la même époque, on est loin du gadget. Cette manette est tout à fait utilisable, voire recommandable.

La où cette dernière innovation m’a frappé, c’est qu’elle m’a immédiatement rappelé le maniement du « pad analogique » de la Nintendo 3DS. On dit souvent que Nintendo à pour habitude de recycler d’anciennes innovations en les réadaptant, les améliorant. Pour avoir utiliser ce pad, je trouve que les sensations procurées ressemblent énormément à celles issues du maniement du stick de la 3DS. Ce qui est fou, c’est de penser que la Super Nintendo (qui reprendra l’idée des boutons disposés en diagonale) auraient pu être dotée d’une telle innovation, mais qu’elle ne sera réinterprétée qu’une vingtaine d’année plus tard !

A l’occasion de ma collecte d’infos sur cet accessoire, je suis tombée sur un spot TV de l’époque (avec Ice Hockey …), profitez ;-)

Voilà un accessoire particulièrement attachant pour un (petit) collectionneur comme moi, véritable illustration de l’avangardisme de Nintendo en terme d’ergonomie, cette manette en état neuf (pas une trace d’insertion sur le connecteur, suis sûr qu’ils ont foutu la boite en l’air !!!) m’aura couté moins de 6 euros !

Paddle – Avenue Pad 6 (NEC)

Voilà plus d’un an que je convoitais cette manette, accessoire indispensable pour (enfin !) s’adonner aux joies de Street Fighter II’ Champion Edition sur ma bien aimée Core Grafx.

Loin d’être ma priorité, je suis finalement tombé dessus au hasard, en allant faire dédicacer les Histoires de Nintendo Vol. 1 & 3 lors du Retro Game Day de la semaine dernière.

Acheté 30 euros sur le stand d’Otaku’s Store, me voilà donc en possession du pad ultime de la PC Engine, avec ses 6 boutons, son mode ralenti, ses autofires et sa qualité de fabrication, toujours exemplaire.

C’est une superbe pièce, le dessin est original, il rend cette manette inimitable. Une plaque en plexiglas recouvre le dessus du pad protégeant les inscriptions et lui conférant une sensation agréable au touché.

La maniabilité, pad en main sur SFII’CE est excellente. Son ergonomie est parfaite sur ce jeu, même si les habitués de la version Super Nintendo chercheront instinctivement les boutons de tranche lors d’une partie.

D’après l’excellentissime Bible de la PC Engine, ce pad serait sortie le 28 mai 1993, soit deux semaine avant SFII’CE. Pas vraiment nécessaire pour les autres titres de la ludothèque PCE, il serait néanmoins utile pour certains portages CDROM², tel que Fatal Fury ou World Heroes.

J’oubliais, pas de loose pour cette belle pièce, quasi neuve, mais la boite et le plastique intérieur qui vont bien ;-)

Je trouve cette manette magnifique, elle trônera désormais dans ma vitrine.

Bon, il me reste donc à concentrer mes recherches sur une Interface Unit ou un Super CDROM².

Retro Game Day 2011

Manifestation organisée par la joyeuse équipe aux manettes de Back In Toys (Forums / Retro Game Test / Actu Game Play …), cette deuxième (et dernière ?!)  Retro Game Day c’est donc tenue hier à Meulin. Destination la Talente et son magnifique bord de Marne pour Chocoringo et moi, soit près de 750 km A/R (ouch !), histoire de côtoyer du retrogamer passionné (pléonasme !) et quelques perles (retro)vidéoludiques.

Arrivée à 11h00, sous le soleil Mélunais, passage à l’entrée et déjà, la rencontre avec Florent Gorges, qui sans le savoir, nous avait accompagné pendant notre voyage grâce au très précieux podcast auquel il fut convié pour parler de la NES et du volume 3 de l’histoire de Nintendo chez Gameblog. Bref, j’arrive tout penaud devant le monsieur et lui demande de nous dédicacer les deux versions de la Bible 3 que je m’empresse d’attraper. Après quelques échanges, ce dernier acceptera de dédicacer également le 1er volume de la Bible, avec il me semble, un peu de réticence à l’idée de profaner la magnifique couverture, si ce n’est pas une preuve humilité ça ! Florent Gorges, tout comme Marc Pétronille (dont j’adore l’article/interview d’Eric Chahi sur Another World) sont à l’image de leurs travaux et vous savez le bien que j’en pense.

Anecdote: c’est Môsieur JM Destroy himself qui faisait l’encaissement, et croyez-moi, ça ne donnait pas envie de partir sans payer ;-).

Fin de matinée chargée, pleine de consoles que je connaissais par coeur «sur papier», mais que je n’avais approché: Virtua Boy, Vectrex, Jaguar, Twin Famicom, Supergrafx, et … Neo Geo AES ! Ah ce Windjammers …

L’après-midi fut l’occasion de s’adonner aux raretés/exclusivités conviées à l’événement dont le ressuscité Nightmare Busters sur … Super Nintendo ! (Encore bravo à Past Game Rebirth), le rarissime Mr. Splash sur Famicom, le tout récent Bang Busters sur AES ou bien encore Demon Front sur Arcade System.

Mais pour ne rien vous cacher, le vrai moment d’émotion de ma journée … attention: moment fanboy … fut la rencontre avec la team Player One réunie pour l’occasion, Wonder FRA, Matt Murdock et Crevette. Ces derniers ont eu la gentillesse de me dédicacer «les Chroniques de Player One» ramené pour l’occasion, et se sont montrés disponibles pour raconter quelques anecdotes de leur époque «presse papier». Mention spéciale à Wonder dont l’humour semble dévastateur et omniprésent. Je regrette juste d’avoir été si intimidé que les tonnes de trucs à demander à Cyril ne sont pas sorties. Pas facile d’éviter de faire lourdeau lorsque l’on rencontre celui que l’on crevait de défier à Virtua Racing étant môme !

Anecdote: lorsque je lui ai dit que certains exemplaires de Player One s’arrachaient en brocante, ce dernier s’est marré en constatant je cite «qu’ils avaient tous finis en brocante».

Ah quelle journée … ça valait vraiment le déplacement. Il y eu aussi ce «modding live» magistralement effectué par Josselin d’Otaku’s Store sur une PC Engine JAP qui reçue pour l’occasion, une magnifique sortie RGB. Je lui confierai mes consoles (ou un slot MVS …) les yeux fermés !

Bref que du bon, même si mon compère et moi sommes partis trop tôt. Bravo aux équipes organisatrices pour leur boulot. Un merci tout particulier à Wahwah et SgtToxic pour leur gentillesse et leur disponibilité. Je le répète, ça valait le détour, appartenir à une communauté aussi sympathique n’a pas de prix.

En espérant qu’il y en ai d’autres.

Loupign91 et Mikadotwix, ce fut un plaisir ;-)

Oldies – iMac Bondi blue & Graphite

Un article un peu différent sur Retroblog aujourd’hui, consacré à l’iMac, objet étonnant qui a marqué la fin 90.

Considéré par beaucoup (et par moi aussi ;-)) comme révolutionnaire, Apple présente en mai 1998 le nouveau Macintosh, le célèbre iMac.

Ce qui frappe d’emblée c’est son extraordinaire design, merveille de compacité. Jonathan Ive, son designer (et celui de tout la gamme Apple qui suivra …), a su s’affranchir de la contrainte que représentait le tube cathodique en façonnant le dessin acidulé de sa machine autour de ce même tube.

Véritable ovni pour l’époque, avouons que son aspect reste encore aujourd’hui étonnament moderne. Personnellement je suis fan de cet iMac depuis sa découverte et je me souviens à quel point son aspect m’avait marqué, il y a 12 ans maintenant … J’en possède deux aujourd’hui:

Un Bondi Blue d’origine en état neuf. Le Bondi Blue est celui présenté en mai 98. Pour l’avoir démonte à deux reprises, je confirme l’excellence des plastique utilisés et constate que ces derniers n’ont pas jaunies à ce jour, preuve d’une qualité de plastique exemplaire. Avec son corps translucide bleu/vert, son écran 15 pouces, son lecteur de CD, ses deux ports USB (innovation pour l’époque) et son port ethernet, sa dotation s’avère complète même si la navigation web reste une gageure sur ce système (Opera chez moi, sous OS9). Cependant son G3 cadencé à 233Mhz l’handicape considérablement aujourd’hui. Direction étagère donc !

Et … depuis vendredi, un DV Special Edition. J’avais le premier, j’ai le dernier de cette génération d’iMac. Toujours un G3 mais cette fois-ci cadencé à 500 Mhz (OSX Panther va donc pouvoir tourner). Sur cette version spéciale, il y a deux port firewire un lecteur de DVD de type “mange disque” et le couple clavier/souris qui équipera les Power Mac de l’époque, absolument magnifique grâce à l’utilisation de la transparence.

La transparence est d’ailleurs le plus marquant de ce modèle dont la conception est bien différente du premier. Ici dans sa déclinaison graphite (la plus belle ;-)), l’iMac dévoile l’intégralité de son intérieur, et perso, j’adore ça !

Le mien est là encore dans un état irreprochable. Pour l’anecdote, le vendeur me l’a cédé 20 euros !!!!! (l’ignorant). Il était plein de poussière; mais un démontage/nettoyage complet lui a redonné toute sa superbe. Celui-là risque de retrouver une nouvelle jeunesse.

Histoire de se remémorer le moment, replongez-vous dans sa présentation de l’époque (même si les caractéristiques techniques devraient vous faire sourire :-), 12 ans …)

La p’tite pub du Bondi Blue et …

… la p’tite pub du Graphite.

Bon vivement 2030, que je me dégotte un iPad pour 10 euros ;-)

___________________________

Update 01/06/10: Après ajout d’une barrette de 128 Mo SDRAM PC100 qui trainait, le Graphite affiche désormais 256 (petits) Mo et vient de se doter de l’OS X 10.3 Panther. Et bien il tourne impec !

Par contre armez-vous de patience si vous voulez upgrader une telle machine: 1. Passer de OS 9 à OS 9.1 – 2. Mettre à jour son firmware – 3. Trouver son OS, le graver, l’installer et tout mettre à jour. Mon conseil: ne graver votre .dmg qu’avec l’utilitaire de disque sans le monter; à défaut, votre disque ne bootera pas sur l’iMac (4 CD morts dans cette opération).

Paddle – Hommage à nos (indispensables) interfaces

Hello,

A la manière des photos pleine page ou « Retrovisuel » qui nous enchantent dans nos Pix’N Love adorés, j’aime contempler ces pièces de hardware qui nous rappellent tant de bons moments (et nous change les idées …).

En ces temps de dématérialisation des jeux et des controllers, rendons hommage à ces interfaces gamer/machine, bijoux d’ergonomie (pour certaines ;-) du moins).

Comme tout été sorti, j’en ai profité pour faire quelques photos de groupe, desquelles j’ai tiré deux wallpapers. Si ça vous tente le format est 3338 × 2086.

Retroblog - Wallpaper #4

Retroblog - Wallpaper #3

Paddle – Neo Geo Stick (original)

Et voilà,

Il est enfin arrivé ce pad, complétant ma collection de sticks et me confirmant le bon fonctionnement de cette Neo Geo CD revenue de loin …

Rien de particulier, l’état est très bon, seules quelques rayures peu profondes sont visibles sur la coque. Les « traditionnelles » craquelures sur la boule du stick sont également à mentionner.

Je ne l’ai pas démonté, afin de ne pas abimer les patins recouvrant les vis. La course du stick est très agréable, faisant de ce pad est un modèle de réactivité (testé sur Fatal Fury 3).

Ma voisine qui a réceptionné le colis était très étonnée de voir que ledit colis provenait du Japon. Le stick était très bien emballé, dans du papier journal, dépaysement assuré !

Il n’empêche que ce stick pour AES reste à mon goût mal assorti à la Neo Geo CD. Les plastiques ne sont pas les mêmes: celui du stick est bien plus mat que celui de la Neo Geo CD. De plus les inscriptions AES sont dorées alors que celles de la version CD sont blanches (comme sur le Neo Geo Stick 2 d’ailleurs). Je suis donc toujours à la recherche d’un pad type cacahuète pour compléter mon set.

A bon entendeur …

Paddle – Megadrive 6 boutons

Je suis donc dans une phase Megadrive …

Aujourd’hui, présentation du paddle SEGA MK-1470, le dernier pad commercialisé par SEGA pour sa Megadrive/Genesis et vraisemblablement adapté aux jeux sur 32X.

Dotée d’une forme préfigurant la manette de la SEGA Saturn, cette dernière est très agréable mais est beaucoup plus petite que l’original. Elle me semble plus légère également.

Commandée neuve  auprès d’un vendeur néérlandais sur eBay pour une quinzaine d’euros, c’est l’accessoire parfait pour le Virtua Racing venant d’intégrer ma collection (une vue est associée à chacun des boutons X, Y et Z).

Reste maintenant à savoir si le mode « turbo » me facilitera les 11 niveaux de Silpheed …

En tous les cas, elle complète à merveille mon Mega-CD II.

Ah oui, pour qui à du temps à tuer :

Paddle – Asciiware Resident Evil PS1

Et une nouvelle acquisition, une …

La manette estampillée Resident Evil et spécialement commercialisée pour le Resident Evil 2 de la PS1, avec des boutons réorganisés et parfaitement adaptés aux trois Resident Evil de la Play.

Avec le coté gauche rappelant la moto de Claire Redfield et le coté droit reprenant la crosse du gun de Leon Scott Kennedy, ce pad constitue un pièce de choix pour le fan de la série désirant revisiter Raccoon City et son manoir. (Un autre jeu PS1 reste difficilement jouable avec ce pad)

Reste plus qu’a dégotter la manette Chainsaw Massacre du Resident Evil 4 de la Game Cube.

Paddle – Collector HALO 3 ODST

Halo (ok …  je sors),

A la suite de la présentation de mon Score Master, je me suis dit qu’il serait sympa de créer une rubrique Paddle et d’y présenter mes manettes adorées (oldies ou pas).

Donc aujourd’hui, présentation du pad Xbox 360 Collector HALO 3 ODST. Un pad qui fut uniquement distribué chez nous par Game et sous bundle avec le jeu 360.

La manette est superbe, et justifie à elle seule l’acquisition du coffret. Elle semble de plus assez difficile à trouver.

Appréciez le détail …

Halo 3 ODST