RetroVision – Talking Classics Neo Geo AES

Ah la Neo Geo … je suis en plein dedans depuis 2 semaines maintenant et croyez-moi, dans le genre addictif, cette machine est à la hauteur de sa réputation. Faut dire aussi que je viens de recevoir une nouvelle cartouche, mais ça, on en reparlera plus tard ;-).

Bref, je viens de retomber sur l’une des dernière excellentes vidéos du frappé Keith Apicary, l’animateur/acteur/cascadeur/chanteur de Talking Classics déjà référencé sur le blog, toujours à propos de la Neo Geo (ici).

Ici, Keith nous parle de la « Neo Geo » (entendez AES et MVS) avec une pointe de Pitfall!. Cette vidéo est à se tordre de rire. Ce type est juste … dingue ! Faites attention à sa blessure sur le front à 1:49, explication à 6:13.

Et oui, ça cogne une Neo Geo. Bon j’y retourne, histoire de vérifier un peu sa théorie sur les « SNK Girls » :-)

Un conseil, prenez le temps de regarder la vidéo sur ICO.

RetroMemory #3 – Les émissions TV de jeux vidéos (la suite …)

Samedi je postais un RetroMemory consacré aux émissions de télévision traitant de jeux vidéos et je revenais à cette occasion sur l’influence des Drevet père et fils (Mini Journal de Patrice Drevet, Televisator , …) en cette matière.

Vous n’êtes pas sans savoir que Crevette (Cyril Drevet) et AHL (Alain Huyges Lacourt) animent tous les deux un rendez-vous de 5 min sur Gameblog.fr intitulé Versus.

Et bien coincidence, leur Versus du jour traite … des relations (tumultueuses) que la télévision et les jeux vidéos entretiennent ensemble.

De l’anecdote d’AHL sur un reportage de France 2 dans les années 90 ou du ressenti de Crevette sur le caractère « segmentant » des émissions traitant de jeux vidéos, ces 5-6 minutes sont particulièrement éclairantes pour faire le point sur ces deux médias. Et puis cela complète à merveille mon article de samedi. (J’ai publié trop tôt ;-)). Merci à eux.

RetroVision – King of Fighters vs. DragonBall Z

Je suis toujours dans l’attente de mon Supergun ! Faut dire, il part d’Angleterre et vraissemblablement, le fameux Eyjafjöll (le volcan quoi ;-)) a décidé de retarder mon arrivage. Fair play le vendeur m’en a posté un autre, au cas où …

Bref, l’objet de mon post, c’est cette vidéo que l’on doit à un certain Guido Strik (aka Guidodinho), lequel a imaginé un combat opposant les combattants de King of Fighters à ceux de Dragon Ball Z. Regardez cette vidéo, c’est du Grand Art.

Vous aurez bien évidemment reconnu les sprites de la version Neo Geo Pocket de King of Fighters R2.

Magnifique !

RetroVision – L’histoire de SNK

Bonjour à tous,

Je suis récemment tombé sur cette vidéo diffusée sur Youtube (en deux parties) retraçant l’histoire de Shin Nihon Kikaku (SNK), littéralement « le projet nouveau Japon », de sa création (1978) jusqu’à aujourd’hui avec SNK Playmore.

La première partie traite de la création de SNK et du phénomène Neo Geo. On peu y voir certains des titres historiques de la marque comme Ozma Wars (1978), le Vanguard de TOSE (1981) ou Ikari Warriors (1986) (dont son excellent portage sur NES), ainsi que la naissance quasi-conjointe du Multi Video System (MVS) à destination des salles de jeux et du fameux Arcade Entertainement System (AES) à destination des foyers (fortunés ;-)).

Autre intérêt de ce reportage, on y voit l’agressivité et le côté provoquant/mature des publicités U.S. de l’époque*, histoire de bien différencier l’AES de ses prétendus concurrents (Genesis/Megadrive et Super Famicom)

La deuxième partie revient sur les principaux déboires de SNK, lesquels commencèrent avec le raz de marée Street Fighter II de Capcom, l’éternel rival (dont je vous recommande vivement le récent podcast/dossier de Gameblog.fr), auquel SNK opposera Fatal Fury (Garou Densetsu), lequel sera suivi par d’extraordinaires jeux de bastons, dont les séries des King of Fighters et autres Art of Fighting. Elle revient également sur l’émergence des supports CD et le succès de la Playstation forçant SNK à sortir la version CD de son AES, la Neo Geo CDpremier échec :-( -, puis a se mettre à le 3D en arcade avec le system Hyper Neo Geo 64second échec -, ainsi que sur la tentative de SNK de se faire une place sur le marché des consoles portables avec la Neo Geo Pocketl’ultime échec ? -.

Le reste (dont le rachat par Aruze :-() s’intéresse au renouveau (attendu ?) de la marque avec SNK Playmore.

En attendant, saluons en cette période anniversaire, la mémoire de SNK, véritable usine à rêve de Geeks (des rêves en 2D bien sûr  …).

Pour plus d’info, je vous renvoi aux très bon article de planetemu.net ou encore vers d’autres sites dont neogeofans.com ou celui consacré au Neo Geo Museum .

____________________________________________________

* Comme on aime les RetroPub sur Retroblog :

SNK - Pub #1

Hum … Pub pour Cyber Lip (ça ne s’invente pas !). Observez comme la composition des éléments à l’image est suggestive ;-). Pour le reste, pas très original, mais explicite et agressif juste ce qu’il faut :

SNK - Pub #2

SNK - Pub #3

RetroVision – Classic Game Room NEO-GEO CD

Un p’tit post pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus sur la Neo Geo CD,

Outre ce très bon (et très complet) site consacré à la console,  neogeocdworld, je vous invite à consulter les video (en HD s’il vous plait) de Classic Game Room.

J’adore ces vidéos (celle où le mec va chercher sa Saturn en magasin est vraiment marrante).

Plein de bonnes vidéos sur ce site.

Jettez-y un coup d’oeil.

RetroMemory #2 – Silpheed

Un RetroMemory consacré au jeu Silpheed sur Mega-CD.

Shoot them up mythique du Mega-CD, ce titre développé par Game Arts constituait  à sa sortie en 1993, une véritable vitrine des capacités du lecteur CD de SEGA : Graphismes et cinématiques en 3D, musiques et voix de qualitée CD (enfin … normalement).

Avec un titre comme celui-ci, Game Arts permettait à SEGA de rivaliser avec le Starwing de Nintendo. Jetez donc un coup d’œil à cette preview du jeu (ça donnait vraiment envie …).

Shmup à scrolling vertical (avec un gros sprite en bas de l’écran et de tous petits pixels en haut), le jeu nous place aux commandes du Silpheed, vaisseau représenté en vue arrière (comme un starwing donc), lequel se manie aisément, même si ses possibilités de déplacement sont assez limitées comparé à son principal concurrent.

Plutôt traditionnel dans son approche du shmup, sa principale caractéristique reste son arrière-plan dont l’animation est foisonnante (apparitions de vaisseaux, de planètes, d’explosions, …). Les détails apportés au background renforcent ainsi l’immersion et participent grandement à l’intérêt du soft, lequel rappel fortement la série Battlestar Galactica.  Ce dernier point contrebalance en partie la qualité juste moyenne des ennemis. Ces derniers ne bénéficient pas d’un design travaillé et les boss de fin de niveaux sont loin d’être inoubliables.

Concernant l’armement, outre le double tir vertical immédiatement disponible, il sera possible de faire varier chacun des deux tirs (droite et gauche) à chaque nouveau stage, un second tir étant disponible dès le troisième niveau. Avec un total de 5 crédits et pas de sauvegarde, terminer les 11 niveaux nécessitera pas mal d’entraînement (je n’ai pas encore réussi à le finir). On se consolera en précisant que le Silpheed dispose d’un bouclier qui peut être rechargé pendant la partie (Ce n’est donc pas un R-Type …).

Notez enfin que Silpheed à connu une suite chez le même éditeur intitulé « Silpheed : The Lost Planet », disponible sur PS2. Concernant le jeu de Square Enix « Project Sylpheed » (oui, avec un « Y ») sur xbox 360 je ne sais pas si il y a un rapport avec le titre de Game Arts.

Pour conclure, et afin d’honorer ce jeu comme il le mérite, je vous ai préparé deux p’tites vidéos, lesquelles vous donneront un meilleur aperçu du titre.

A+

[PS: Concernant la modification de la prise péritel RVB de la Megadrive II mentionnée dans la vidéo, je vous renvoi vers le très bon article d’Obsolete-Tears (…) concernant le test de Road Avenger, le fameux « karkaradon » est en fait le bien connu « Hooper » ]

RetroVision #6 – Mais qu’est ce que regarde un retrogamer qui ne joue pas ?

Un p’tit post rapide à mes lecteurs qui, même s’ils sont rares à laisser des commentaires (…), sont fidèles et de plus en plus nombreux selon Google Analytics.

Je me prépare à déménager/emménager et suis du coup obligé de mettre mes précieuse consoles dans leur carton. Et oui … peu de place pour le jeu, pour le net et encore moins pour mon blog.

Heureusement il reste ces p’tites vidéo grâce auxquelles les retrogamers privés de paddle peuvent continuer à se faire plaisir. La communauté regorge de passionnées qui animent des sites proposant des vidéos vraiment extra. Un grand merci à ces derniers.

En ce qui me concerne voilà ce que j’aime regarder en ce moment:

- L’émission Lock-On, réalisée et présentée par Radigo et Cormano disponible sur http://www.shmup.com/

- Les tests de BackintoysTV dont voici un de mes préférés (Contrat 3 / Super Probotector)

- Les vidéos (ENG) du Angry Nerd

A+

RetroVision #5 – SoulCalibur sur Dreamcast / Xbox / PS3

Comme beaucoup, une de mes consoles favorite est la Dreamcast.

Après avoir branché cette dernière en VGA, j’ai pu constaté ses qualités d’affichages extraordinaires.

Pour le prouver, je vous propose donc de comparer la version de SoulCalibur sur Dreamcast avec celles disponibles sur Xbox et PS3 et vous allez le voir, la différence n’est pas énorme.

  • Sur Dreamcast : SoulCalibur connecté en VGA
  • Sur Xbox : SoulCalibur II connecté en composante video YUV
  • Sur PS3: SoulCalibur IV connecté en HDMI

A+, et vive la Dreamcast !

RetroVision #4 – Buffalo USB Game Pad

La voilà enfin cette fameuse manette. Reçue hier « direct from Japan » je ne vous cache pas qu’après l’avoir essayé, mon sentiment sur ce produit est mitigé.

Comme expliqué précédemment, j’ai longtemps hésité avec une copie de la manette NES, mais le look famicom de la Buffalo, ses 6 boutons et son choix de couleur (noir, blanc et rouge) m’ont convaincu.

De RetroBlog – Retropaddle

Cependant je me suis rendu que la qualité n’était pas vraiment au rendez-vous … En effet la plaque dorée est en fait un autocollant que j’ai du réajuster car ce dernier recouvrait à certains endroits les ouvertures prévues pour les boutons.

De plus, le fil utilisé présente une anomalie qui ne présage rien de bon en cas d’arrachage du pad

De RetroBlog – Retropaddle

Maintenant, le pad reste joli et conserve, malgré ces défauts, une bonne prise en main. Les boutons et la croix directionnelle répondent très bien.

J’ai réalisé une petite vidéo avec cette manette branchée sur mon mac. Le pad USB fonctionne sans problème sous XP où j’ai utilisé Magic Engine (émulateur de PC Engine vivement conseillé) et la rom du fabuleux R-Type.