Paddle – NES MAX (Nintendo)

A la suite de ma visite hebdomadaire au « cash du coin » (dont je tairais jalousement la localisation ah ah !!!), je suis tombé sur cet étrange paddle, jamais rencontré jusqu’alors mais dont les innovations qu’il intégrait il y a plus d’un quart de siècle (et oui …) m’ont tout bonnement bluffées.

Ce qu’il y a de bien avec le retrogaming, c’est que l’on a beau s’y intéresser, se documenter, on peut encore être surpris à la vue d’un objet, d’un accessoire passé inaperçu à sa sortie (bon ok, j’avais 8 ans).

C’est donc un accessoire dédié à la Nintendo NES, une manette plus exactement, dont l’une des particularités évidentes par rapport au pad standard est l’adjonction de fonctions « turbo » pour les deux boutons, fonctions bien utiles dans certains jeux dont les Run & Gun ou autres SHMUP, même si le genre n’a pas acquis ses lettres de noblesse sur le support.

Bref, ce pad est une manette avec turbo, mais c’est surtout … avec 26 années de recul … un accessoire qui m’est apparu particulièrement en avance sur son temps. pour deux choses que les plus avisés d’entre vous auront immédiatement remarqué.

La première, c’est sa forme. Dotée de poignées, légèrement concave sur l’arrière avec deux ergos où poser les index, son ergonomie est bien supérieure à celle à laquelle la manette de la NES nous avait habitué. De mémoire, on ne reverra de forme similaire qu’un dizaine d’année plus tard, avec le célèbre pad Playstation.

La deuxième, c’est évidemment son pad ou plus exactement son « disc » dont il faut distinguer deux parties, celle du centre (en rouge) et celle de la périphérie (en noir). D’après ce que j’ai lu sur le net, cet ancêtre du stick analogique adapté à une manette se nommait cycloïde. Son utilisation est déconcertante, puisque l’on se déplace avec l’extrémité du pouce sur la pastille rouge mais également en appuyant avec la base du pouce sur l’anneau noir.

Il n’empêche que le maniement reste naturel, et le rendu très précis. Contrairement à beaucoup d’accessoires sortis sur NES à la même époque, on est loin du gadget. Cette manette est tout à fait utilisable, voire recommandable.

La où cette dernière innovation m’a frappé, c’est qu’elle m’a immédiatement rappelé le maniement du « pad analogique » de la Nintendo 3DS. On dit souvent que Nintendo à pour habitude de recycler d’anciennes innovations en les réadaptant, les améliorant. Pour avoir utiliser ce pad, je trouve que les sensations procurées ressemblent énormément à celles issues du maniement du stick de la 3DS. Ce qui est fou, c’est de penser que la Super Nintendo (qui reprendra l’idée des boutons disposés en diagonale) auraient pu être dotée d’une telle innovation, mais qu’elle ne sera réinterprétée qu’une vingtaine d’année plus tard !

A l’occasion de ma collecte d’infos sur cet accessoire, je suis tombée sur un spot TV de l’époque (avec Ice Hockey …), profitez 😉

Voilà un accessoire particulièrement attachant pour un (petit) collectionneur comme moi, véritable illustration de l’avangardisme de Nintendo en terme d’ergonomie, cette manette en état neuf (pas une trace d’insertion sur le connecteur, suis sûr qu’ils ont foutu la boite en l’air !!!) m’aura couté moins de 6 euros !