Paddle – AsciiPad SNES

Les brocantes reprennent et avec elles, les petites trouvailles retro comme je les aime, à l’image de ce pad d’Asciware pour Super Nintendo, lequel me faisait de l’œil quand j’étais môme …

Ce qui me plaît avec cet AsciiPad, c’est qu’il reprend le design et les qualités de la manette Super Nintendo d’origine. Son intérêt ? Ses fonctions slow et turbo, cette dernière étant paramétrable pour tous les boutons. A l’époque, les autofire étaient prisés, parfait pour les shmup ;).

C’est la première fois que j’en vois un en broc’ et pourtant, ce pad était plutôt répandu. Il vient dorénavant rejoindre le Score Master d’Hori dans ma modeste collection.

Bricolage – Nettoyer une vieille console

Bon , le site fonctionne à nouveau, il est donc temps de poster.

Pour ce premier post sous version 2.0 de Retroblog.fr, et puisqu’on me le demande régulièrement (bon en fait le post était prêt depuis 2 semaines …), je voudrais vous filer mes astuces pour obtenir de belles consoles rétro, bien propres et brillantes, prêtes à être fièrement exposées.

Je ne m’intéresse ici qu’à l’aspect esthétique de la machine. Etant entendu qu’en ce qui me concerne, exposer une console non fonctionnelle n’a pas d’intérêt. L’espace m’est compté, autant qu’il soit efficacement occupé !

Pour illustrer mon billet, je me suis penché sur une Super Nintendo récupérée une misère en brocante il y a peu; laquelle était en lot avec 4 manettes, un multitap, un adaptateur Fire, quelques jeux et … sa boite !

Avant de ressembler à la photo ci-dessus, la console et ses accessoires n’avaient pas bonne mine. Outre la saleté importante qui la recouvrait, cette dernière était particulièrement jaunie. Pour la saleté, la première des choses à faire est … de l’enlever !

Etape n°1: Nettoyage sommaire. A l’aide d’une brosse et/ou d’un chiffon humide, histoire de voir plus clair avant démontage. Pour le jaunissement, à ce jour, seul un traitement (assez fastidieux) nommé Retr0bright aurait redonné son éclat originel à la console. Histoire de gagner de temps, et aussi parce que niveau UV chez moi c’est pas le top … j’ai fouillé dans mes vieilles machines HS histoire de voir si j’avais une SNES dont la partie en question aurait été épargnée. Bingo ! Plus qu’à démonter les deux, sélectionner les pièces les plus propres et faire tremper … Notez qu’à ce stade, si votre console est noire (ici une Saturn, pas besoin de changer de coque.)

Si l’exposition aux UV explique le jaunissement, pourquoi l’intérieur de la coque est-il aussi dans cet état ?

Etape n°2: Démontage. Il faudra ici les bons outils, et en ce qui concerne une SNES un tournevis avec empreinte Gamebit est obligatoire (Oubliez la méthode du bic à fondre, il y a un risque de casse et d’obstruction de la tête de visse). Toujours faire attention à bien repérer les visses, ne jamais forcer et enlever la coque avec soin (sur les consoles à support optique, toujours vérifier à ne pas abimer la nappe reliant le bloc optique à la coque). Pour info, une Megadrive à sa led en façade reliée par un fil solidaire à la partie basse de la coque attention au moment de lever la partie supérieure donc.

En ce qui concerne ma SNES, j’ai été confronté à deux choses assez commune avec cette console, (1) la console est jaunie, ce qui indique que le plastique s’est considérablement fragilisé (il est très « cassant »). Ca n’a pas loupé, une partie la coque, à l’endroit d’une visse s’est cassée et (2) les manettes ont quasiment toutes leurs gâchettes de cassées, cela ne se voit qu’en les démontant.

De la casse sur cette SNES, mais rien de vraiment grave, y compris pour les gâchettes L/R

Etape n°3: Décrassage. Jusqu’à il y a peu, j’utilisais uniquement du liquide vaisselle mais j’ai depuis peu découvert un produit extraordinaire, le Carolin Ultra Dégraissant au savon de Marseille (moins de 3€). L’idée, c’est de faire tremper un vingtaine de minutes toutes les pièces (non électroniques) dans un bain composé d’eau (très chaude) et de ce produit, le temps que ce dernier agisse et « dégraisse », pour ensuite s’afférer à la brosse à dent et au chiffon humide sur les éléments les plus sales. Croyez-moi, avec ce produit, rien ne résiste, pas même de vieux stickers !

Etape n°4: Séchage. De loin la plus facile (ma préférée), le séchage des pièces succède en ce qui me concerne à une minutieuse inspection des éléments nettoyées, au risque de parfaire l’étape n°3.

Etape n°5: Remontage. A ne réaliser qu’un fois les éléments démontés parfaitement secs, cette dernière étape doit une fois de plus être faite avec soin et modération afin de ne pas altérer des pièces fragilisées par le temps. Pour ma SNES d’illustration, cette étape s’est accompagnée de quelques points de colle extraforte (cyanolite), histoire de récupérer ces fameuses gâchettes L/R

Voilà, vous savez tout, pas de secret, si ce n’est cet excellent produit de nettoyage (qui n’altère pas les consoles, je précise), de la patiente, de la minutie et une brosse à dent à poils souples, histoire de ne pas rayer la coque.

On la croirait neuve n’est-ce pas ? Son désign est intemporel.